Sociologie des jeux

March 14th, 2012 dans Day to day, Sorties

(écrit un dimanche matin, vers 14H)

 

Il est 3h du matin.

Tu es venue ici par hasard. Parce qu’une copine connaît le barman. A 11h tu aurais refusé d’y aller mais là pourquoi pas ?

Au pire il y aura toujours de la vodka. Le physio te scrute, tu n’es pas habituée. Mais une bande de filles dans ce genre d’endroit, ça ne se refuse pas.

 

A cette heure, la couche de vernis social s’est déjà bien fissurée. Les gens qui étaient là pour se montrer y sont toujours mais ont  perdu de leur superbe.

Les mecs ont toujours leurs jolis vestons mais leurs yeux trahissent ce qu’ils cherchent. Il n’y a plus de subtilité, les attentes sont  claires.

Sur le bar, la parade de pétasses a commencé. Décolorées, french manucurées, elles respectent tous les codes.

Elles ne sont pas la pour s’amuser mais elles comprennent bien que ce qui marche, c’est le frotti-frotta pseudo lesbien.

En matière de verres offerts, c’est effectivement rémunérateur. C’est instructif d’observer le manège. Et puis l’alcool permet de passer le temps.

 

Les hits pseudo dance merdiques se succèdent et les regards deviennent plus lourds, plus pesants. Un type t’approche, tu le repousses mais pas grave, la seconde d’après il essayera avec ta copine. Cette joie de pouvoir te dire que le simple fait d’être une fille t’offre un champ des possibles quasi illimités avec une vingtaine de nazes plein de pognon. Tu n’as qu’une envie: leur hurler d’aller voir rue d’Aerschot si tu y es. Ils y trouveraient ce qu’ils cherchent à moindre prix et avec plus de sincérité.

 

On approche de l’heure de fermeture, et certains gardent encore tous leurs esprits. Ils ont la quarantaine bedonnante et savent que dans quelques minutes ,ils pourront se ramener chez eux une gamine de 18 ans, tellement bourrée qu’elle ne se rend même pas compte que demain, son réveil ressemblera à un cliché d’une campagne publicitaire contre les méfaits de l’alcool.

 

Tu t’en vas et tu sais que tu ne remettra plus jamais les pieds là bas.

 

 

 

 

 

 

 

One response to “Sociologie des jeux”

  1. […] la lecture de ce post, vous avez dû réaliser que le monde des boîtes de nuit ne m’attirait pas […]

Leave a Reply